LE VILLAGE FÊTE 2015

Le dimanche 4 janvier 2015 les habitants du Travet étaient rassemblés à la salle communale pour recevoir les voeux du conseil municipal. C'était aussi l'occasion de se retrouver, de se revoir, de se souhaiter une bonne année, de se conter les dernières nouvelles, de resserrer les liens, bref de vivre ensemble. Après un accueil chaleureux et les voeux traditionnels, Mr le Maire passe en revue les réalisations de l'année 2014: en particulier la rénovation de la salle communale. Les projets, comme l'achat d'un bâtiment inoccupé qui pourrait servir de remise et ainsi libérer de la place pour agrandir la mairie, afin de la rendre plus fonctionnelle. Mr Le Maire aborda l'état d'avancement des travaux du barrage qui devraient se terminer, si tout va bien, mai / juin 2015; viendront ensuite la mise en place des nouvelles canalisations . Mr Le Maire s'engageant à ce que ce nouveau chantier soit le moins possible une gène pour les habitants du Travet. Il y eut enfin les habituels remerciements à toutes les personnes qui se dévouent pour que notre village conserve la convivialité et la solidarité qui le rendent attrayant. Les enfants louchant déjà sur les galettes des rois, comme d'habitude cela finit un verre à la main et un morceau de gâteau aux lèvres. Seules les discutions et les embrassades redoublèrent de vigueur.
La campagne était blanche.......  
Le discours de Mr le Maire et les Travetois attentifs
   
Le petit Arnaud ....prend son pied..
.sous le regard attendri de maman
Dame Bernadette était en beauté.....
la galette aussi
Les discutions vont bon train
 
Pour le jour des rois.........Il y avait beaucoup de reines!......... Et la parité? Le pauvre Sylvain était tout intimidé.....et lily semblait ravie!

 

 

 

LE TRADITIONNEL REPAS DE FIN D'ETE DU TRAVET
(Appelé aussi Méchoui)

Il rassemble chaque année à l'ombre des tilleuls une centaine de personnes, heureuses de se retrouver .

Cette année, à l'occasion du centenaire de la guerre de 1914, était présenté une exposition et un diaporama retraçant le parcours du soldat Paul Berlou, depuis son départ de Lempéry, jusqu'à sa mort au chemin des Dames.


Rolland n'est pas du bon côté, mais il a bien réussi les grillades
Il faut tout faire dans cette commune !!!
Le traditionnel apéro
Mr le Maire fait la présentation de la journée Les cuisinières! Elles écoutent sagement le discours. (l'occasion de les remercier).
Agneau, saucisse et haricots...................un délice
   
La famille Berlou
retrouvailles
Pierre, un habitué
Le coin des paysans
Bon appétit
 
Les enfants reviendront au dessert Lily, ton petit sourire habituel s'il te plait.  
comme ceux -ci
ou comme celui là
Ou celui d'Emilienne,(Mimi pour les intimes) la maman de Pierrette et la doyenne avec ses 90 ans

Lisa , Guillaume
et Arnaud, le plus jeune avec ses deux mois.

Tania et Martial, les nouveaux. (ancien café Palhious Sénégats)
Le plaisir de revoir Yvette.
Un peu fière Simone avec Jules son arrière petit fils.
Jean paul en animateur
Quel est cet objet ?
Le brave Julien en donne sa langue au chat!
Subtilité militaire : les boutons de la veste doivent briller !
Centenaire / exposition : le Travet et la guerre de 1914
 
Jean Claude Planes, historien de la guerre de 14 : Un brillant diaporama sur la vie au jour le jour du soldat Paul Berlou, à travers les lettres qu'il a écrites à ses parents   De la ferme de Lempéry , au chemin des Dames ou il fut tué.
Des lettres émouvantes magnifiquement lues.
Et terminer avec la très belle lettre de Pauline.

 

 

ACTUALITES TRAVETOISES

Les croix de nos chemins, font aussi partie de notre patrimoine (voir les croix de nos chemins dans la rubrique histoire)
Les jeunes de nos villages se sont chargés de les nettoyer et de les repeindre
les croix n'ont pas connu une telle sollicitude, depuis les années cinquante, et les dernières processions de la fête Dieu!    
Composition.
<< Le tournesol n'a pas besoin d'une boussole, ni d'arc en ciel pour se tourner vers le soleil>>
   
Remue-ménage !
Passera,....passera pas?
Le grand départ
le passage est enfin libre pour Isabelle et son brave Mc Cormick!
étrange véhicule!
Bien entendu vous ne saurez pas où ils ont été cueillis!

 

 

JOURS DE FÊTE

Vendredi 4 au soir, Jean Marc, cameramen, réalisateur et cinéaste accompli, nous a présenté trois films:Histoire du Roquefort dans les villages. Fabrication artisanale du fromage et les travaux de rasisse.
soirée cinéma
Jean Marc pédagogue
Pierre et son savoir faire
  Appétissant ce bleu
Samedi 5 l'aubade avec l'ensemble de cuivres   Le Tuba au repos!
saucisse, frites et la suite. Merci les jeunes
 
 
Blanche Neige et l'homme des cavernes fétaient au Travet avec leurs amis, leur prochain mariage!!!
Jean marc en bon saltimbanque, nous a fait partager sa passion des abeilles
   
Dimanche 6 et le traditionnel apéritif La météo n'est pas fameuse. Mais Bernard....... le tilleul est encore solide !!!
La relève
Heureux Papy
La petite Louise était là aussi.
  Chantal, Philippe et Alain, récents Travetois et déjà fidèles   La paëlla a bonne mine!
Il y aurait une goutière, mais où ?
  L'ambiance est des plus chaude
( on a enlevé le son!!!)
Pour les amateurs de danse
  Faut pas les oublier, Marie Cécile, Martine et tous ceux qui nous ont préparé une si belle fête .

 

 

 

C'EST LA GUERRE AU TRAVET ???
Restons calme. Ce ne sont que nos valeureux pioupiou qui jouent à la guerre !!!
Début juin 2014

Ils sont arrivés sans tambour ni trompette  
Le bivouac
Progression réglementaire  
Garder les distances!
(le civil inpassible...c'est ...Benoît..)
ça s'est du camouflage!
avec le barda sur le dos
Ennemi en vue?
Le dit ennemi est bien trop supérieur en nombre!!!

 

 

LE JOUR DES PROVISIONS !!!

Provisions d'herbe
   
les buses aussi...............
 
..........font des provisions ...... de mulots!
  Un bien étrange vaisseau spatial ?
C'est une grande dame qui s'invite au festin !
Si belle dans sa tenue blanche et noire

 

 

 

LES LUNDIS DE JEAN PAUL

C'est à la ferme de Costes Auriès que ça se passe. Comme toujours, dans la convivialité et la bonne humeur. Jean Paul aime faire partager ses passions et ses connaissances .


Matinée découverte à la ferme.
Les vieux outils et les histoires d'autrefois.
  La traite des brebies le musée du pain
Soirée pour les enfants .....et les plus grands! Frédéric Bardet, et ses amis Pipo et Jean. Animateur scolaire, auteur compositeur interprète, marionnetiste, magicien, homme orchestre, amuseur public..... dans la tradition des saltinbanques d'autrefois, il apporte avec lui la joie, le rève, et la bonne humeur, pour le plus grand plaisir des petits et des grands.      
Frédéric et son copain Pipo
y a un truc !!!
Même les mamans ont joué le jeu   Avec Jean Paul, ça finit toujours par une chanson.

 

 


LE CAYLA ET LA VALLEE DU DADOU
LE TRAVET EN RANDONNEE LE 9 JUIN 2014

Le troupeau au départ du Travet Dans l'ancien chemin du Cayla Les vieilles pierres du cayla  
passage des falaises
Des paysages magnifiques
    Nos ancêtres reposent ici:
au cimetière du Cayla
Le point sublime
   
Un point de vue inoubliable
   
Photo de famille Au Gourg Nègré Pont de la Mouline Chemin de la Prade Chemin de la Tine:
....dur......dur !
Enfin de l'ombre...à la base Victor  
Se rafraichir ..... et s'asseoir !
   
Les langues se délient
    Mr le Maire et ses conseillères.
C'est sans doute important!!!
Re-photo de famille
   
Reprendre des forces........... chacun à sa façon !......... bon appétit Pierre !
   
Les jeunes ont de la résèrve !
A chacune son occupation .
    Elles ont préparé la randonnée...et le repas.

 

 

 

 

 

Il était excellent le sanglier à la Travetoise .
.
Ce sont les chasseurs qui invitaient....et donc,120 convives ......s'étaient invités.
La salle communale était pleine. Seul le vent d'autan a réussi à perturbé la journée.

L'apéro dans la salle à cause du vent Le couvert est joliment mis
en plein découpage
Christian le barman merci les cuisinières
La théorie du genre ?
Un bon cru
Un peu d'eau de Notre Dame de Lourdes ! Gilbert en bon maître de maison le savoureux sanglier
Tout le monde a trouvé le sanglier très tendre, sauf Marc
(voir la vengeance du sanglier)
  L'ambiance était comme d'habitude excellente  
Monsieur le maire :
un petit doigt d'eau bénite ,
pas plus !

Deux jeunes sangliers ont été nécessaire pour rassasier tout ce monde.

Recette du sanglier à la Travetoise:
vous prenez un jeune sanglier, de préférence séjournant habituellement dans les travers du Cayla (voir la vengeance du sanglier) . Vous le préparez quelques jours avant selon la formule (de Gilbert) gardée secrète, ensuite vous le remettez entre les mains de Jean François, le boulanger de Montroc, qui, d'une façon connue de lui seul et après le passage dans son grand four à pain, vous le rendra cuit à point , tendre et moelleux à souhait . Il suffit ensuite d'accompagner ce plat principal avec des trufets au tustet que nos quatre cuisinières réussissent à merveille.
Comme vous le voyez, une recette très simple et à la portée de tout le monde !
Vous proposez ce menu au repas des chasseurs, arrosé d'un bon vin de gaillac et à la fin ..... il ne reste plus rien, comme si les convives, affamés, n'avaient pas mangé depuis au moins huit jours.

 

 

 

ELECTIONS MUNICIPALES DU 23 mars 2014

Ce jour là, les Travetois, comme partout en France, ont désigné leur conseil municipal. Pendant six ans ses hommes et ses femmes auront la lourde tache de conduire et de gouverner la petite commune du Travet.
Le site du travet se fait un plaisir de vous les faire connaître.

Trouilhet Bernard maire
Algans Rolland 1er adjoint
Avisou Monique 2eme adjoint
Berlou Nathalie 3eme adjoint
Delrieu Denis
Gasc Laurent
Payrastre Joël
Payrastre Marie Christine
Pousthomis Isabelle
Rossignol Didier
Saint Paul Bernadette

 

 

André Vignoles nous a quitté lundi 10/ 02/ 2014.

André Vignoles est arrivé au Travet dans les années 50 pour travailler au barrage de Rasisse . Un travail qu'il a assumé honnêtement pendant plus de trente ans.
Et en rencontrant Yvette, la Peyre Grosse est devenu sa résidence.
C'est plusieurs fois par jour qu'il traversait le village en moto, en voiture et même a pied par mauvais temps. Toujours affable et convivial.

André tu avais deux passions que nous connaissions tous : la musique et les trains .
La clarinette en particulier que tu aimais tant. Toujours disponible, que ce soit pour familiariser les enfants de l'école à la musique, ou accompagner les cérémonies à l'église. Fils et petit fils de musicien tu a eu toutes les qualités pour tenir ton rang.
Les trains était ta seconde passion, là aussi tu as su te donner à fond. Au petit train de St Lieux c'est toi qui humblement coupait les traverses.
Tu étais comme ça André, discret, effacé, modeste et c'est comme cela qu'on t’appréciait au village.
Tu m'avais promis de m'amener au petit train miniature , et c'est peut être la seule promesse que tu ne pourras jamais tenir.
Et quand la maladie t'a prise dans ses filets , tu l'as affronté avec courage , sans jamais te plaindre jusqu’à l'aube du dernier jour.
Où que tu sois aujourd'hui, André, puisses tu rencontrer un quatuor de clarinette avec qui tu pourras jouer le concerto de Mozart pendant l'éternité.
Allez André adiou.

A Yvette son épouse, le site du travet propose sa sincère amitié.

PS : Si vous voulez garder un petit souvenir d'André Vignoles, reportez-vous à la rubrique: figure du Travet .

 

LA FAMILLE SAINT PAUL A NOUVEAU DANS LA PEINE

Il s'appelait Johan, n'avait pas 30 ans et il était le fils de Jean François et de Joëlle. Claire était sa compagne et ils avaient un tout petit garçon.
C'est un de ces dramatique accident de voiture qui l'a emporté.
Il faudra beaucoup, beaucoup de courage à ses parents et à sa compagne pour pouvoir vivre sans lui.
A part ceux qui ont déjà vécu un tel drame, personne ne peut prétendre juger du poids de leur peine.
Devant autant de souffrance, nous aimerions tout faire pour apaiser quelque peu leur détresse.
Mais en notre humble humanité, nous n'avons à offrir, avec notre solidarité, qu'un peu de compassion et beaucoup d'amitié et de sympathie.

 

2014

Dimanche 5 janvier monsieur le Maire et son conseil municipal avaient convié la population du Travet au traditionnel apéritif du nouvel an.
Les Travetois ont répondu à la proposition de Mr le Maire et comme chaque année de bonne grâce ils se sont soumis à la coutume. Personne n’a échappé aux vœux, à la bise ou à la poignée de main.
Monsieur le Maire entouré de son conseil a ensuite présenté le bilan de l'action municipale : La participation à la communauté des commune Centre Tarn. Les travaux réalises, comme la réfection des carrefours et l'entretien des chemins. Il a ensuite annoncé le prochain recensement et les travaux importants de réhabilitation au barrage de Rasisse.
Ces travaux très importants au barrage vont sans aucun doute provoquer quelques perturbations à la vie du village. Mr le maire a toutefois assuré que tout serait fait pour que les nuisances ne soient pas insupportables à la vie des habitants , à commencer par une réunion entre les responsables du syndicat du Dadou et toute la population.
Après avoir présenté ses vœux à ses administrés Mr le maire a invité tout le monde à partager galette et apéritif .

Les traditionnels vœux de nouvel an, sont une rencontre que pour rien au monde les Travetois ne doivent abandonner. C'est en effet un moment privilégié pour tous les habitants , un rendez-vous, une occasion de se retrouver .
Le village n'est pas très étendu et pourtant on se parle de moins en moins. La vie d'aujourd'hui n'encourage pas les rencontres. On circule rarement à pied et les déplacement en voiture ou en tracteur ne favorisent pas le contact.
Il sera difficile à un nouvel arrivant de s'intégrer, s'il ne fait aucun pas vers les autres et ce sera encore plus difficile si les autres ne font pas attention à lui.
Et bien alors!... si on ne se parle plus …....on ne se connaîtra plus !
Nous avons donc besoins de moments prédestinés qui nous poussent à aller les uns vers les autres.
Les souhaits de bonne année ne sont que des mots et n'engagent personne , mais une bise, une poignée de main, c'est un geste, une attitude qui exprime toujours quelque chose.
Le vivre ensemble, la cohésion sociale, la solidarité, sont peut être les seuls facteurs de vie dont nous sommes, individuellement, entièrement responsables.
A chacun de nous de faire le bon choix !

Et si nous faisions un peu les curieux!!!
Le Travet réuni
La traditionnelle bise
La discussion va bon train
Certains font du zèle!
Il y avait même notre ancien maire
...et son ancienne secrétaire
Mr le maire commence son discours
Sa secrétaire l'écoute religieusement!
Tout le monde d'ailleurs l'écoute avec attention!
 
Les choses sérieuses... au gré de Sylvain!
Le roi Joris et sa cour!
la reine Mila toujours aussi espiègle!
Lily en reine mère et son habituel sourire
Avec Robert il y a toujours quelque chose de nouveau!

 

 

 

 

 

 

Ils étaient tous là, ce 30 décembre, les parents, les amis, pour dire un dernier adieu à Berthe.


Née en 1923, Berthe était le deuxième enfant de la fratrie de quinze qu'ont eu Valentin et Charlotte Barthe , une vieille famille du Travet.
Berthe a passé toute sa jeunesse au Travet et elle n'a fait que traverser la route pour se marier avec Julien St Paul , ils ont eu trois enfants.
Berthe a toujours fait preuve d'une forte personnalité, c'était une femme dynamique et énergique.
Et du courage il lui en a fallu : veuve très jeune, elle a dû élever seule ses trois enfants , avec en plus la responsabilité de la famille.
Beaucoup de volonté et de persévérance, lui ont été aussi nécessaire pour conduire par elle même la petite exploitation que lui avait laissé son mari.
Sa personnalité, son courage lui ont permis de surmonter toutes les difficultés.
Et quand son fils Roland a accédé très tôt aux responsabilités , elle a eu la sagesse et la générosité de s’effacer.
Là aussi son caractère l'a bien aidé a repartir pour une autre vie, un nouveau compagnon , une autre région, une autre ville, un autre milieu.
Peu de femmes auraient réussi ce que Berthe a entrepris.
Berthe avait quitté depuis longtemps le Travet mais le Travet était resté dans son cœur et c'est toujours avec beaucoup de plaisir, qu'elle retrouvait à l'occasion, son village natal ; apportant toujours avec elle son sourire et sa joie de vivre.
A ses enfants , petits enfants, à sa grande famille, le site du Travet offre sa sincère amitié.

 

Un petit poème d'Évelyne en hommage à sa grande soeur

Berthe

Tu es née le 5 octobre jour enchanteur
Sur le calendrier c'est sainte fleur
Deuxième de ta fratrie
Tu jouais avec grands et petits.

Je sais que ta jeunesse
C'était travail et prouesses
Belle de ta personnalité
Intelligente, des responsabilités
Ta maman pouvais compter sur toi
Tu étais c'est sur son bras droit.

Cuisiner, coudre des vêtements
Sans oublier les travaux des champs
Tu étais d'une habileté remarquable
Tu réalisais l'impensable.

Puis tu as suivi ton destin
Au village on te voyais avec tes gamins
Quelques saisons sont passées par là
Petits et arrières petits enfants suivent ta voie

Dans cette petite église où tu as été baptisée
où tu as appris tes enfants a prier
Famille et amis sont réunis aujourd'hui
Pour t'accompagner vers le beau jardin du Paradis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE TRAVET S'EST PARE DE LUMIÈRE
Un petit clic pour voir !

En savoir plus :
C'est en 1882 aux Etats Unies que fut crée la première illumination par l'équipe de Thomas Edison.
Il faut la production d'une centrale nucléaire pour alimenter en électricité les illuminations de toute la France !

 

La neige sur la terre étend son blanc manteau
Le ciel est étoilé; le souffle de la bise
Passant comme un frisson, agite le rameau
Qui léger, se balance à la branche indécise.

Dans la ville bruyante et dans l'humble hameau
La foule en beaux habits, se presse vers l'église:
Il n'est fête plus belle, il n'est pas jour plus beau
Que ta fête, ô Noël! que la nuit poétise.

Cloches sonnez, sonnez et vibrez dans les airs;
De vos accents joyeux remplissez l'univers
Pour célébrer celui qui naquit dans l'étable.

Vingt siècles passés sur ce sol misérable
N'ont pas fait oublier, à cette heure et en tout lieux
Que ce petit Enfant , ce Jésus , c'était Dieu.

   

 

 

PREMIERE NEIGE

Le ciel était si bas que le champ c'est perdu......  
Vagues terrains !
Premier bonhomme de neige.
Une bonne bouille

 

LE GLAS N'ARRETE PAS DE SONNER

Cette fois c'est Yvonne Sénégats qui nous quitte, elle avait 91 ans.

Yvonne pour les plus vieux d'entre nous, c’est Yvonne Paillous , le petit café au bas du village, la modeste épicerie et la cabine téléphonique. et aussi une bande de cousins, de copains et de voisins mêlés, dans une ambiance plutôt festive.
Combien de bonnes ou de mauvaise nouvelles a-t- elle apporté lorsqu’elle était préposée aux télégrammes.
Pour les plus jeunes c’est Yvonne Sénégats, avec toujours le petit café aussi modeste fréquenté par quelques habitués à la sortie de la messe. Il n’y a plus l’épicerie et la cabine téléphonique,. Il n’y a plus autant de cousins, mais toujours une bande de copains et de voisins, André et Martine perpétuant la tradition.
Deux époques, deux générations que Yvonne a accompagné de sa présence, toujours au four et au moulin..
Et puis le temps a passé, la vie a changé, seule, sans Henri, Yvonne a continué à occuper une place dans le village.
Avec elle c’est un monde qui a vécu et qui disparait.

Elle n’avait jamais oublié le Travet et les Travetois ne l’ont pas oublié non plus.
Ils étaient nombreux à témoigner de leur amitié le lundi 18 novembre à l'église du Travet.

 

ON L'APPELAIT POULOU DE LA MAGRIE

Il était de la famille des Paulin Payrastre, une très vieille famille de la région .
Doyen des habitants du Travet, il avait vécu toute sa vie à la ferme de la Magrié, jusqu'à ces dernières années ou la maladie et la solitude l'ont obligé à entrer en maison de retraite.
Mais pour autant, Poulou n'avait pas oublié le Travet et il lui arrivait quelques fois de revenir au pays.
C'est ce que l'on appelle un brave homme qui nous a quitter le jeudi 31 octobre.
Poulou était un homme discret, affable et vivant en bonne entente avec tout le monde.

A sa famille, le site du Travet offre sa sincère amitié.

 

LA VENGEANCE DU SANGLIER

Lorsque les sangliers sont trop nombreux dans la campagne, c'est la nature qui en prend un coup. Récoltes détruites, prairies labourées, réduire le nombre de ses animaux devient une obligation.
Samedi 26 octobre les chasseurs du Travet et de St Antonin en poursuivaient une bande dans la vallée du Dadou. Il faisait beau , avec un léger vent d'autan qui emplissait la vallée, un temps idéal pour une battue aux sangliers.
La chasse était bien organisée comme d'habitude, par ses spécialistes du gros gibier . Les postes distribués aux passages possibles et la sécurité assurée, de Rasisse à Costes Auries , les sangliers ne pouvaient s’échapper.
Les chiens poussaient les bêtes vers le Cayla.
Au lieu dit Bousquet, Marc un de nos sympathique chasseur ( voir la chasse au renard dans la rubrique un pays et des hommes) notre brave Marc donc, est posté dans un sentier d'habitude fréquenté par le troupeau de brebis.
Les chiens suivent la piste, les sangliers ne sont pas loin . Marc est sur ses gardes, soudain la bête surgit du fourré à quelques mètres et fonce sur lui . Marc n'est pas un néophyte, il tire juste , mais le sentier est étroit et la bête bien que touchée à mort continu sur sa lancée et vient percuter violemment le malheureux chasseur.
Même d'un poids moyen, le sanglier lancé à fond devient une petite bombe. Le choc est rude, le pauvre Marc se retrouve à terre , un genoux éclaté.
Bientôt les secours s'organisent : d'abord ses copains de chasse , puis le SAMU. Il à fallu un certain temps pour remonter le blessé jusqu’au plateau et l'amener à l’hôpital.

Quand au sanglier il est mort et bien mort… nul doute qu'il fera un excellent civet.

Tous nos souhaits de rétablissement à Marc, avec de bons soins, un peu de patience et plusieurs semaines de repos …....la vengeance du sanglier ne sera plus qu’un mauvais souvenir...

 

 

C'EST LA FÊTE AU VILLAGE

On est si bien à l'ombre des tilleuls
On leur doit la réussite de la fête, ils et elles ont bien mérité la première page
     
Bienvenu à Guillaume Rousset et Lisa Denohic
nouveaux Travetois
On se retrouve entre amis
 
Doucement Henri !
Les affamés en attente !
Air de famille
      L'art d'être grand père
Air de famille
   
Léa et son papy
Ils sont venus en voisin On dit : sérieux comme un pape!
Au menu : saucisse et frites
   
jeux d'enfants
   
L'apéritif et l'aubade
 
  Le repas du dimanche soir   Ils attendent quoi? les inséparables
La bonne histoire de Pierre !
Raymond a des arguments sérieux!
Alain sans ses brebis ! Le vieux tracteur de 1920
avait combien de soupapes...là est la question!
la table des mamies
Ils ont laissé leurs travaux des champs, pour un petit temps de détente.
Sourires !
les gourmands
Le traditionnel bal du dimanche soir
 

 

 

 

GUY MARRE

Guy Marre vient de nous quitter, il n'avait que 63 ans .Courageusement il a lutté plusieurs années contre la maladie.
Le Travet est triste parce qu'il a perdu l'un des siens et une délégation était présente à ses obsèques lundi 17 juin.
Guy Marre est arrivé au Travet il y a plus de 30 ans . Avec Martine son épouse ils achètent une petite maison vers le barrage pour en faire leur résidence secondaire et ils sont devenus Travetois . Ils participent régulièrement à toutes les activités du village et ils sont rapidement adoptés.
Guy était quelqu'un d'avenant , affable, discret et respectueux des autres, il a vite gagné l'amitié du village. Amateur de pêche et de chasse, Guy était un homme de la nature et il semblait heureux dans sa petite maison perdue au milieu de nulle part.
Il s'intègre rapidement à ce groupe original que l'on a appelé pendant longtemps les gens de la côte, aujourd'hui ils sont tous bien tristes : ils ont perdu leur ami.
A Martine son épouse, à son fils, à sa famille et à ses amis, leTravet offre sa sincère amitié.

 

 

LE 11 MAI ELISABETH et PHILIPPE
ce sont dit oui devant Mr le maire et Mr le Curé

La mariée est trop belle Et le marié trop cool
La petite Emmie est trop mignonne
Et l'amour maternel trop fort
Trop émouvant ce geste attentionné
A chacun son cortège
depuis Lempery.
  Nathalie en officier d'état civil délégué.

L'entrée dans l'église du Travet.
 
La tradition est respectée
 
Vive les mariés
 
Réjouis! Radieux!
bref: heureux !
Ce chapeau au premier plan? le chapeau et le porte chapeau! Trois belles et un chapeau
Cherchez l'erreur !!!
Et avec ça, je fait quoi?
Toujours un certain désordre avant la photo de groupe !
Photo de famille
En signe de joie à partager!
La grâce de la jeunesse
Ne vous fiez pas aux apparences, et
cliquez donc pour voir!
Photos volées. .................Avec tous nos voeux de bonheur.
       

 

 

LE TRAVET EMBELLI SES CARREFOURS

C'était avant
Le premier coup de pelle     La croix délicatement déposée en lieu sur.
Réunion de chantier
Poulou est revenu!!!
   
Et voila le travail!
Il en a vu passer des charrettes , ce carrefour, et des processions et des rencontres. Il en à entendu des discussions, et aussi des querelles et des disputes. Il a sans doute aussi servi de point de ralliement, pour trouver soit le chemin du Cayla et de Costes Auries ou celui de Rasisse .
déjà sur le plan de 1830 il marquait le croisement des trois routes et il existait sans aucun doute bien avant . Le véritable chemin du Cayla et de Rasisse, hérité de l'époque féodale, passait au sud de la Micalié en arrière du château et rejoignait la croix d'Albert (1)l'embranchement actuel Cayla- Costes Auriès. Il était appelé chemin de St Antonin au Cayla.
Vers 1850 le vicomte de Corneillan s'appropria la partie du vieux chemin, alors très peu utilisé et passant au sud de son château . Le chemin du Cayla , Costes Auries et le chemin de Rasisse, (actuels) qui n'étaient alors que des chemins de service, devinrent les seuls accès aux hameaux . Leur largeur ne dépassait pas deux mètres et une charrette raclait allègrement de ses roues les haies épaisses qui bordaient la voie.
Depuis la mission de 1922 (2) une croix marque le croisement. Ce n'est qu'en 1929 que les deux chemins furent élargis, pratiquement à leur largeur actuelle. La croix suivit l'agrandissement du carrefour.
En 1949 le chemin de la Micalié ,du croisement de Teillet au farradou (4) à la place de La Micalié, est goudronné, après avoir été empierré, tassé à la boue , tout cela à la main, par une armée de cantonniers. En 1950 c'est au tour du chemin de Rasisse , mais seulement jusqu'aux dernières maisons de la Micalié et ensuite le chemin du Cayla jusqu'à la croix d'Albert(3) . D'autres croix (comme la croix d'Albert ) ont sans doute disparu des bords de nos chemins. Certaines se sont cachées dans les buis, hors de notre vue, comme celle de la Magrié.
Le vieux tillieul était bien malade.Il était devenu dangereux premièrement, protéger la croix Des observateurs attentifs Quelques larmes sont tombées avec lui!!! Tout le monde va s'habituer à la nouvelle place!

La croix du croisement de la route du Trivalou et de celle de Réalmont est sans doute très ancienne, en tout cas son emplacement. Celle que nous connaissons a été faite dans les années 50 par un forgeron de Teillet originaire du Travet et connu encore de certains, il s'agit de Iréné Espérou né au cayla .

(1) La croix d'Albert marquait depuis des siècles le croisement du vieux chemin de St Antonin au Cayla et du vieux chemin de Rasisse. Cette croix, aujourd'hui disparue, que la tradition place près des buis actuels devait sans doute commémorer un événement important de la vie du village. Elle portait vraisemblablement le nom du propriétaire de la terre.
(2) C'est vers les années 1850 à l'apogée de la puissance de l'église et au début de l'industrialisation du pays que les évêques, pour lutter contre l'influence des idées nouvelles,ont lancé la pratique des missions. Ces missions duraient plusieurs jours avec offices ou célébrations journalières en veillée. Pour marquer durablement ce temps fort de la mission on érigeait à un carrefour une croix.
(3)Le farradou : Il y a le mot fer dans faradou. Faradou est le nom patois du Travail : lieu et outil qui permettait de placer des fers aux sabot des bœufs. Le faradou concerné était situé au carrefour route de Teillet, la Micalié face au château. Il faisait partie de la forge de Frédéric Biau.

 

 

 

Louis Roumegoux

Louis Roumegoux était né au Travet en1924. Il viens de nous quitter après une vie bien ramplie, une vie de travail et aussi de soucis et d'ennuis de santé.
Louis était un homme de paix, discret et humble, très respectueux des autres.
Il avait quitté le Travet dans les années 50 pour se marier avec Raymonde du hameau de la Trivale, mais une partie de son coeur était resté dans son village natal et c'était toujours avec beaucoup de plaisir qu'il aimait se souvenir du passé, de son enfance et de sa jeunesse à la Micalié.
Il avait à plusieurs reprise évoqué son rêve d'enfance: être forgeron. Avec ses larges mains, sa puissante stature et son désir de créer, il aurait fait merveille devant sa forge. Mais à cette époque, un fils de paysan n'avait pas d'autre choix que celui de son père et Louis était un fils docile et obéissant. Il n'en a pas moins réussi sa vie familiale et celle de paysan.
A son épouse Raymonde, à ses enfants et petits enfants, le Travet offre sa plus sincère amitié.

 

 

EMIGRER:
C'EST QUITTER L'ENDROIT OU L'ON VIVAIT, POUR UN AUTRE ENDROIT, AFIN DE S'Y INSTALLER DURABLEMENT!
Monique et Gilbert ont bien émigré.................... de quelques centaines de mètres

La voiture de Gilbert, le vélo et le chien de Monique: ils sont bien ici!
Une maison claire, spacieuse et confortable.
De l'espace
Un point de vue magnifique
Le jardin et le verger de Gilbert. A faire mentir la fable de Lafontaine(passe encore de batir mais planter à son âge!)
La vieille maison ancestrale qu'ils ont quitté.

C'était il y a 300 ans, un certain Barthélémi Roumégoux avait déjà émigré du hameau de Salvignane vers le lieu dit de La Micalié. De générations en génération, la même famille a occupé cette demeure, la façonnant, la transformant de ses mains, lui donnant une âme . Des siècles et des hommes , mêlés, qui ont donné vie et histoire à une maison.

 

 

 

 


A L'ÉCOLE DE L'INFORMATIQUE !

L'ordinateur est devenu un outil indispensable et incontournable, pour beaucoup d'entre-nous .
Mais à quoi peut servir un outil si l'on ne sait pas s'en servir.
La Communauté des Communes du Réalmontais a mis en place un service de formation à l'usage des communes.
Quelques personnes du Travet se sont donc retrouvées à la salle communale pour plusieurs séances de travail sous la conduite d'un informaticien.
De l'exercice de base , connaissance du clavier, d'internet et du traitement de texte, aux astuces pour mieux apprivoiser l'ordinateur, tout était utile pour que l'informatique soit et reste un de nos bons serviteurs.

une classe studieuse
Le prof à son bureau
on garde le sourire malgré les difficultés. Parce que l'informatique quand ça veut pas, ça veut pas! Ce n'est pas Bernadette qui vous dira le contraire!
dis-moi quelle est l'image de ton écran d'ordinateur et je dirais qui tu es !
on a même fêté la fin des études !

 

 

LES SOUCIS DE L'HIVER
Tous ceux qui connaissent le chemin du Cayla, et qui en plus savent quel peut être l'état des chemins du Travet en hiver, ne serons pas étonné de ce qui s'est passé.
Courageux le chauffeur du camion du lait, malgré le mauvais temps, il n'a jamais cesser de circuler.
Mais ce matin là, la neige et le verglas ont été les plus forts.
Il n'a pas fallu moins de deux tracteurs pour sortir le camion du fossé.

Photos Lauriane Rossignol

 

 


L'ENIGME DES BONHOMMES DE NEIGE

 

 

LE TRAVET
(De notre correspondant particulier)

Le mercredi 16 janvier la neige est tombée en abondance sur toute la région et le village du Travet s'est couvert d'un épais manteau blanc . Le soir, la température est descendue très bas et tous les habitants ont regagné très tôt leur maison .

Tous ?.........Non, peut être pas tous!......Car le lendemain matin, les premiers villageois debout ont eu la surprise de découvrir de magnifiques bonhommes de neige qui avaient pris possession des places et carrefours du village. La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre, et tout le monde s'est posé la question : Qui ?
Qui a eu assez de courage pour braver le froid et la neige et un si grand talent pour faire ces bonhommes de neige.
Le commissaire Maigret serait chargé de l'enquête.

Voyons-voir ?
Ce ne peut être Gilbert, il est revenu des merles à la nuit tombée et des le lendemain matin il surveillait le prochain passage de grives.
Le vieux Jean ?...... Avec la neige il n'a pas encore mis le nez dehors !
Juliette ? ..... A cinq heure du soir elle est remisée et au matin c'est en allant au jardin réveiller son unique poule, qu'elle a aperçu les bonhommes de neige.
Peur-être Jeannine ? ............Mais elle n'aurait jamais sorti sa petite Ariane par un temps pareil, et comme elles ne se quittent pas !!!

Quand à Pierre, il est bien à côté du carrefour, mais vous le voyez en train de passer la nuit dans la neige, et puis il a d'autres chats à fouetter !
Ou alors les enfants : Lubin, Maële, Quentin et Justine ?........ Dans la journée ils avaient bien essayé de faire un bonhomme de neige, mais il leur manquait l'expérience et le talent.
Alors qui ? Il y a bien les lutins et autres petits génies, mais à notre époque, ils se manifestent beaucoup moins qu'autrefois et s'est bien dommage !
Peut être que l'on ne saura jamais qui a fait ces bonhommes de neige. Mais après tout quelle importance!
Et si ces inconnus avaient fait un beau cadeau au village ?
..... Alors il faudrait leur dire merci !
Merci.......pour le plaisir d'admirer ces bonhommes de neige,..... merci pour nous avoir fait retrouver nos souvenirs d'enfance et permis de rêver et aussi merci pour la joie d'avoir vu des étoiles dans les yeux et le regard des enfants.

Ils ont bonne mine ceux de la Micalié
Sympathique celui du carrefour
et celui là, si bien de sa personne !
Le plus beau se cache derrière l'église
Les enfants admiratifs.

 

 

UN ONZE NOVEMBRE PAS COMME LES AUTRES

Le 11 novembre les habitants du Travet étaient réunis devant le  monument aux morts pour se souvenir et rendre hommage à tous les morts et combattants de toutes les guerres et principalement de celle de 1914.
Monsieur le maire après avoir lu le mot du ministre fait observer une minute de silence dans un profond recueillement à la mémoire des morts et combattants de tous les conflits.
Tous les participants se sont ensuite rendus à la salle communale pour la visite de l'exposition.
«  Soyez les messagers de la paix, soyez les passeurs de la mémoire de la grande guerre, car cette tragédie ne devra jamais être oubliée, sinon elle risque de recommencer » Telles étaient les paroles du dernier combattant Français de 1914 s'adressant à des jeunes.
Des passeurs de mémoire, voilà l’ambition des réalisateurs de cette exposition.
Bien préparée par Jean Claude Planes chercheur infatigable des mémoires de la guerre de 1914 cette exposition comprenait :
les causes de la guerre et les différents champs de bataille expliqués à l'aide de cartes, les morts du Travet avec les circonstances de leur décès, les noms et photos de tous les combattants originaires de la commune, quelques objets et uniformes de cette époque et enfin des documents personnels comme par exemple les dernières lettres reçues ou envoyées.
Près d'une centaine de personnes du Travet ou d'anciens du Travet ont visité l'exposition. Tous ont été marqué par les témoignages, photos, lettres et autres documents d'époque relatant l'effroyable barbarie de cette guerre . Beaucoup ont eu les larmes aux yeux en lisant la derniere lettre de ses parents reçue par Paul et qu'il avait sans doute sur lui quand il a été tué d'une balle en pleine tête. 
Comme la dernière qu'il a écrite , ou il annoncait son départ pour le chemin des dames, dont il n'est jamais revenu. Emouvante aussi celle ou ayant connu l'horreur de Verdun il disait vouloir se mettre en paix avec Dieu faute de pouvoir faire la paix avec les « Boches ».
Pathétique la correspondance de Pauline, quelques mois après la fin de la guerre. Elle illustre bien la souffrance des femmes, loin des notions d’héroïsme des temps de guerre. Une détresse bien réelle de toutes ces femmes qui ont perdu un mari, un fils ou un frère .

La minute de silence

La lettre de Pauline

Jean Claude Planes
clair dans ses explications

Tous très intéressés


Carnets de marche
souvenirs et médailles

 

 

Les lettres du front


Les uniformes
de la guerre

Souvenirs des tranchées

 

 

Outils et ustensiles
des poilus

 

Lettres, recits et documents

 

 

Récit de bataille

La paix avec Dieu

Verdun

L'avis mortuaire

La belle lettre de Pauline


Citations:

Dans la paix les fils ensevelissent les pères, dans la guerre se sont les pères qui ensevelissent les fils.

La guerre: un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas.

La guerre ne laisse aux survivants que des cimetières à se partager.

Pour parler de la guerre, il n'y a que les larmes.

 

 

 

TOUSSAINT

 

LE BALL- TRAP ANNUEL DU TRAVET

DIMANCHE 17 JUILLET


Le temps plutôt médiocre n'avait pas découragé les tireurs

En rang d'oignons , chacun à son tour

Un bon fusil

et de l'adresse !

La machine à envoyer les disques d'argile

Gilbert approvisionne le pas de tir

et Jean louis ..... la buvette !

Les fusils au repos . ...(.La bouteille est un lot de gagnant)

et un bon moment de convivialité

 

 

TOUSSAINT


 

Les fleurs : témoins de vie et de mémoire

voici le vent sauvage de novembre

le vent mauvais qui m'emporte comme une feuille morte

 

-Demain dès l'aube , à l'heure où blanchit la campagne,

Je partirai .Vois-tu , je sais que tu m'attends.

J'irai par la forêt , j'irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

-Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors , sans entendre aucun bruit,

Seul , inconnu , le dos courbé , les mains croisées,

Triste , et le jour pour moi sera comme la nuit.

-Je ne regarderai , ni l'or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin , descendant vers harfleur,

Et quand j'arriverai , je mettrai sur ta tombe,

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur

Victor Hugo

Victor Hugo a composé ce poème pour sa fille, Léopoldine , morte tragiquement à l'àge de 19 ans .

 

   

 

Avant

La place de l'église toute jolie .

Suite aux travaux d'amener d'eau au Très-camis, la municipalité a décidé la remise à neuf de la place

après

 

 


 

 

LES MOTARDS GÉNÉREUX

Le samedi 3 décembre ,aux environs de midi , ce n'était pas "la horde sauvage" qui traversait le village du Travet , comme aurait pu l'indiquer le vacarme et autre pétarades , mais des passionnés de moto, de sortie, pour une bonne cause . Une quarantaine de motos a pris la route , le matin , à Réalmont pour récolter les dons en faveur du Téléthon . En passant par les villages de Labessonnié , Lacaze , Viane , St Pierre , Montroc , Teillet , le Travet et enfin St Antonin ou un bon repas les attendait . Le soleil , dommage, n'était pas au rendez-vous . Ce périple , auquel il ne manquait , ni Klaxons , ni ronflements de moteurs , ni grands gestes de civilité , était accompli pour une grande cause .Très bien organisé , avec des motards prudents et disciplinés , il n'a pu qu' ajouter encore plus d'estime envers la grande famille des motards .

Les "bêtes" au départ

Le staff du groupe des motards

 

La photo de famille

 

 

JOYEUX NOËL , BONNES FËTES ET MEILLEURS VOEUX POUR 2012

Guirlandes et illuminations

La moindre des choses !

Le père Noël est déjà en route!

 

 

VOEUX DU CONSEIL MUNICIPAL

 

Dimanche 15 janvier , les habitants du Travet étaient rassemblés à la salle communale .

Toutes les familles étaient représentées . C'est une occasion de rencontre qui avec les années est devenue une coutume , et c'est très bien ainsi !

Mr le maire , Bernard Trouilhet , entouré de son conseil municipal , offre les vœux de la municipalité à toute la population du Travet .

Ensuite, il rend hommage à Paul Berlou qui nous a quitté la semaine dernière .

Puis , c'est le rappel des activités et animations du village : La randonnée , la fête , le Méchoui ,la gym...etc . Toutes ces activités traditionnelles , qui ont toujours du succès . Bernard n'oublie pas de remercier les bénévoles qui s'investissent dans ces animations et qui sans eux ne pourraient avoir lieu .

Les sentiers de randonnée sont toujours très fréquentés et bénévolement entretenus par Jean Paul et Rolland.

C'est au tour du chantier jeune d’être évoqué . Chantier qui s'est déroulé au château de la Roque , organisé en collaboration étroite avec la communauté des communes du Réalmontais , St Antonin , le Travet et le Centre Archéologique des pays Albigeois . Ce sont14 jeunes du Travet et de St Antonin qui ont activement , courageusement et avec beaucoup d'entrain , participé à ce chantier . Le travail effectué , débroussaillage , dégagement de pierres pour approcher du site , perméttra aux archéologues d’effectuer des fouilles .

Mr le maire exposa ensuite la vision que nous devrions avoir sur l'avenir de la commune : Il faut voir la réalité en face . De part leur faible nombre d'habitants et la baisse inéluctable des aides de l'état , les petites commune comme le Travet n'ont plus les moyens d’être entièrement autonomes . La Communauté de communes semble être la structure qui , tout en permettant aux communes de conserver leurs caractères propres , soit capable de maintenir vivant , le tissus régional . Nos élus locaux sont d'ailleurs entièrement impliqués dans la communauté du Réalmontais .

De grands travaux doivent être réalisés au barrage de Rasisse : Les anciennes canalisations d'amenée d'eau jusqu’à Teillet seront supprimées , parce que trop vieilles et une nouvelle canalisation sera construite . Elle devrait suivre , à une certaine hauteur , les berges du lac . Une réunion a déjà été effectuée , en présence des élus et des propriétaires concernés . Le conseil municipal s'engage à veiller à ce que le chantier occasionne le moins de nuisance possible aux habitants du Travet . A la suite de ces travaux l'usine de traitement des eaux de Rasisse sera transférée a Téillet .

Viens ensuite le moment de la discussion.

1/ Une question est posée concernant l’éventuelle aménagement de la mairie . La mairie actuelle , est effectivement trop petite et une seconde pièce séparée permettrait la réception et l'écoute , dans un contexte beaucoup plus discret . Il manque aussi un lieu pouvant contenir les archives à consulter . La municipalité est consciente de ce besoin d'agrandissement , mais étant donné les difficultés financières , nos élus cherchent la meilleure formule alliant la réalisation d'un projet et la gestion des deniers locaux , en bon père de famille .

2/ Une meilleure répartition des taxes ordures ménagers est évoquée . Pour plus d'équité la taxe pourrait être indexée, non plus sur la surface habitable , mais proportionnelle au nombre d'occupants de la maison. Ce sujet qui ne concerne pas que la commune du Travet , est à l'étude au niveau de la communauté du Réalmontais.

3/ Dernière question , concernant les rejets et eaux usées du village: L’arrêt des subventions de l'état a interrompu pour le moment l'organisation de l'assainissement . De toute façon , il faudra bien un jour se conformer aux normes d'hygiène nationales ou européennes et prévoir des études pour des réalisations individuelles ou collectives .

Les discussions étant terminées , elle reprennent allègrement, plus informelles , autour de la table , un verre de mousseux et un bon gâteau à la main , gentiment offerts par le conseil municipal .

Mr le maire et son conseil municipal

Mr le Maire à son discours

Les Travetois attentifs

Gabriel, sage, dans les bras calins de mamie

On passe aux choses sérieuses !